Ils témoignent

Ils témoignent

Industrie

« Je dirigeais cette entreprise depuis plusieurs années quand, à la suite d’une importante vente de mes machines-outils dans l’Est de la France, j’ai rencontré de graves difficultés de trésorerie.

Mon conseiller CCI m’a aidé à identifier les causes précises de ce problème : la rentabilité de cette affaire s’est avérée désastreuse. Les mises au point se sont succédées et ont engendré des surcoûts. Mes banques, aussitôt informées, ont eu des réactions contradictoires : une seule des trois a accepté de maintenir les concours accordés à l’entreprise. Avec l’appui technique de mon conseiller CCI (et son soutien moral), j’ai pris du recul : il fallait placer l’entreprise en redressement judiciaire. La CCI m’a accompagné dans cette démarche, en toute discrétion.

Quelques années plus tard, l’entreprise est sortie du plan de redressement. Aujourd’hui, ce sont les principaux cadres de l’entreprise qui ont repris le flambeau. En effet, j’ai choisi de leur céder mon entreprise. Et là encore, j’ai fait appel à la CCI pour cette transmission. »

Michel B., ex. PdG d’une SA de fabrication de machines-outils

Ils témoignent

BTP

« Jeune ingénieur, j’ai créé cette entreprise de bâtiment après avoir eu plusieurs expériences de conducteur de travaux. Mon activité a bien progressé jusqu’au jour où j’ai subi un impayé, tellement important que la pérennité de mon affaire était en jeu !

Désemparé, j’ai rencontré le conseiller de ma CCI, spécialisé dans les entreprises en difficultés. Outre l’accueil chaleureux qui m’a été réservé, j’ai pu faire un point précis de ma situation, en toute confidentialité.

Le conseiller de la CCI m’a aidé à bâtir et à valider un nouveau plan de trésorerie que j’ai présenté à mes banques. J’ai ainsi réussi à les convaincre de me suivre dans ce moment difficile, ce qui m’a évité le redressement judicaire.

2 ans plus tard, je rencontre toujours régulièrement mon conseiller CCI : nous avons des rapports francs et humains, il connaît bien l’entreprise et m’aide ainsi à prendre le recul nécessaire pour réfléchir et prendre les bonnes décisions. »

Marc D., gérant d’une SARL de bâtiment

Ils témoignent

Services à la personne

« En 2005, j’ai créé une société de services à la personne, alors que j’étais « un peu juste » en fonds propres. Rapidement, mon activité s’est bien développée… mais les relations avec ma banque se sont dégradées car mes besoins de trésorerie ont dérapés. Accumulant du retard auprès de fournisseurs et de l’administration, j’ai pris contact avec un conseiller de la CCI.

Ensemble, nous avons travaillé sur des solutions et il m’a guidée pour réorganiser mon affaire. Grâce à lui, j’ai négocié des délais de paiement avec l’Etat et avec mes fournisseurs. Reprenant confiance en moi, ils ont accepté un étalement. Dans la foulée, je suis entrée en relation avec une seconde banque qui m’a accordé une ligne de découvert, constatant que mon prévisionnel d’activité était très rassurant…

Aujourd’hui, je continue à rencontrer régulièrement mon conseiller CCI qui a mis à ma disposition des outils de suivi de gestion : mon entreprise fonctionne bien et je suis plus sereine. »

Mme Nadine C, gérante d’une EURL de services à la personne

Ils témoignent

CHR

« Avec mon épouse, j’exploite un ensemble bar-restaurant-PMU. Nous avons 6 salariés. Il y a trois ans, notre activité a commencé à ralentir et notre rentabilité est devenue négative.

Au fil des mois, les relations avec mon personnel se sont tendues et ma banque a annulé le découvert que le directeur d’agence m’autorisait quand tout allait bien. Nous avons aussi accumulé quelques retards chez notre principal fournisseur qui, heureusement, a continué à nous faire confiance.

J’ai pris contact avec la CCI. Le conseiller a fait un audit complet de ma société. Nous avons revisité tous les postes de charges. Spécialisé en relations bancaires, le conseiller de la CCI m’a aidé à ouvrir un autre compte bancaire et à obtenir un prêt de restructuration. J’ai été contraint de me séparer d’un collaborateur mais, aujourd’hui, mon affaire fonctionne mieux. Je remercie la CCI qui nous a permis de réorganiser en profondeur notre affaire et, sans doute, de la sauver. »

M. Christophe C, cogérant d’un CHR